La classe d’accueil (UPEAA)

CLASSE UPE2A (Unité Pédagogique pour les Élèves Arrivants Allophones),

ou Classe d’accueil

Bilan annuel 2016-2017

M Hakim EL ABBOUNI, Professeur de Lettres Modernes, Professeur principal.

Profil des élèves :

La classe a accueilli dix-huit élèves au cours de l’année scolaire 2016/2017 et les élèves ont intégré la classe entre mars 2015 et mars 2016. Autrement dit, nous accueillons de nouveaux élèves à chaque fois que certains sont intégrés dans des classes ordinaires, au bout de quelques mois. L’année 2016/2017 n’a pas dérogé à la règle en termes d’hétérogénéité des élèves. Leur parcours est assez souvent marqué par un extrême désœuvrement et/ou jalonné de crises profondes : misère, pauvreté, décès des parents, guerre…Ce qui les différencie, ce sont surtout leur pays d’origine, les pays de provenance, par exemple la Tchétchénie, le Portugal, l’Irak ou la Syrie, la Roumanie ou encore l’Italie. Ce qui les unit en outre, et renforce le groupe, c’est leur appétence pour apprendre et leur soif de partager des idéaux : l’école, c’est d’abord et avant tout un lieu où l’on se construit, où l’on se reconstruit surtout…au contact d’adultes bienveillants.

Cette situation de poly-fractures sociales, la direction, les enseignants y sont tristement habitués, mais le concert des voix concordantes se fait souvent entendre et c’est ce qui renforce avant tout la cohérence des actions éducatives entreprises tout au long de l’année au sein des équipes. Certains professeurs les accueillent même en auditeurs libres dans certains cours, en l’occurrence en mathématiques et en anglais, après appréciation favorable préalable de toute l’équipe. Je souligne cet aspect fédérateur. Par action éducative, j’entends donc aussi la concertation au sein de l’équipe éducative qui préside à toute inclusion des élèves plus aguerris en maîtrise de la langue dans une classe ordinaire. L’accord de notre Principal, M. Dougé est un préalable à chaque fois. L’enseignement est en effet essentiellement basé essentiellement sur la maîtrise de la langue française, mais aussi en mathématiques, en langue (anglais), histoire et éducation physique et sportive aux élèves primo-arrivants1. La technologie et l’informatique sont également prodigués en direction de ces élèves à raison d’une heure par semaine.

Comme c’est maintenant le cas depuis 2012, il est apporté au-delà de la première année, et c’est là un point essentiel, un dispositif d’aide ou d’accompagnement personnalisé, qui, à raison de 2 à 4 heures par semaine, peut contribuer à aider ces élèves à acquérir plus d’autonomie linguistique. C’est là un paramètre non négligeable dans l’ambition du collège à veiller à la consolidation des acquis, en français tout particulièrement. Cet enseignement met l’accent sur les difficultés toujours existantes et a vocation également, avec l’indispensable concours des professeurs de français accueillant ces élèves, à réduire les lacunes éventuellement persistantes dans tel ou tel domaine de la discipline en français.

Formation :

Je participe toujours aux groupes de travail et de réflexion organisés par le CASNAV, sous l’autorité de Madame Boulhol, IA-IPR, et de Madame Guérin, où nous participons entre autres, à l’élaboration d’outils didactiques pratiques, lesquels paraissent maintenant sur les sites académiques en vue de fournir une aide à tout enseignant accueillant ces élèves dans sa classe. Nous prenons en compte la diversité des élèves accueillis : les élèves primo-arrivants sont des élèves à besoins spécifiques très hétérogènes. Les uns n’ont jamais été scolarisés antérieurement et arrivent analphabètes2. Certains autres ont été scolarisés mais dans une autre langue, laquelle peut être indo-européenne et présenter des rapprochements avec le français ou – tout au contraire – être d’origine si différente, dans la structure et la phonologie par exemple, qu’elle est source de difficultés majeures dans l’appropriation de la langue française.

Durant l’année scolaire, le Principal, Monsieur Dougé, a toujours minutieusement veillé à sensibiliser les professeurs et à harmoniser les pratiques d’enseignement lors de l’inclusion, lors de quelques réunions spécifiques qui ont eu vocation à établir des critères précis en termes de suivi. C’est un travail d’équipe que je suis heureux de souligner sans flagornerie.

Je travaille donc avec tout le monde : acteurs sociaux (éducateurs, assistants sociaux), Inspection académique, toute l’équipe éducative du collège (dans le cadre du suivi des « anciens primo-arrivants », parents, associations…).

Enjeux disciplinaires et orientations

Une large part des élèves arrivés jeunes, c’est-à-dire entre 12 et 16 ans, réussissent ou progressent significativement de telle sorte qu’une orientation en voie professionnelle assez souvent, mais pas systématiquement, laisse présager des solutions en termes de formation pour l’avenir. 7 élèves ont été admis en 3ème prépa-professionnelle par exemple, deux autres respectivement en CAP et BAC PRO. Certains de ces élèves, certes en petit nombre, parviennent aussi à intégrer le lycée général et réussissent épatamment. 90% des élèves ont obtenu le DELF A1, A2 ou B1. Cette certification officielle de locuteurs que j’appellerai « confirmés » a aussi le mérite d’être prise en compte dans le cadre de démarches de régularisation par la famille. Mais, en termes d’orientation, il me semblerait judicieux que nous nous autorisions à l’échelle académique, à réserver quelques places au lycée professionnel pour les lauréats du DELF A2/B1 afin que cette reconnaissance fasse sens. Depuis 2012, là encore sans « discours convenu », le soin avec lequel la direction, en l’occurrence Monsieur Dougé, suit les parcours et organise l’orientation, offre de réelles chances de poursuite d’études à ces élèves qui quittent le collège, chances qui sont non négligeables au vu de leur implication bien réelle. Je ne pourrai pas travailler sereinement sans cette aide précieuse.

En tant que professeur principal de la classe en question, je remercie très vivement Monsieur Dougé, Principal du collège, pour son attachement tout particulier pour la scolarisation et le devenir de ces élèves, et toute l’équipe éducative du collège toujours particulièrement bienveillante au fil de l’année.

1 Les élèves primo-arrivants, au sens strict du terme, sont des élèves arrivés de l’étranger en France de l’année même, et ils sont considérés comme primo-arrivants le temps de leur première année scolaire en France.

2 Les textes les appellent NSA, Non Scolarisés Antérieurement